Les expositions
À venir

Pab auteur, illustrateur, éditeur, collectionneur, dessinateur, sculpteur et même enchanteur !

DU 14 JUILLET AU 31 DÉCEMBRE 2021

LES 100 ANS DE PAB

PAB aurait eu 100 ans en 2021. Un millésime à commémorer en présentant au public son travail d’artiste, ses écrits poétiques et sa production éditoriale.

Le premier étage du musée est consacré à PAB pour que chacun puisse prendre conscience de l’artiste complet qu’il était. Poète, sculpteur, dessinateur, peintre, graveur, il s’est essayé à bien des techniques. Ses thèmes de prédilection étaient les oiseaux, les silhouettes et profils, parfois dans des formats importants, parfois sous forme de miniatures. Au contact des plus grands artistes du XXe siècle, les chef d’œuvres de ces derniers ont nourris sa créativité : Picabia, Arp, Braque. On retrouve la quintessence de leurs recherches esthétiques dans certains travaux de PAB. Surtout reconnu comme éditeur, beaucoup moins comme poète et artiste, cette exposition hommage permet cependant aux visiteurs de se plonger dans un univers graphique et poétique d’une grande sérénité.

Quelques photographies de PAB et la transcription de bien des poèmes donnent au visiteur l’occasion d’appréhender différemment cet homme secret et méconnu des Alésiens eux-mêmes. Une salle consacrée aux œuvres inspirées par PAB à d’autres artistes (notamment au moment de sa disparition, comme autant d’hommages), conclue cette exposition.

Prolongeant le travail d’édition de PAB, au second étage une sélection de livres des Éditions de R

COMPTE-TENU DE LA SITUATION SANITAIRE, L’EXPOSITION JEAN ARP, UN JOUR, DES ANNÉES, UNE VIE, A DUE ÊTRE REPORTÉE À L’ANNÉE PROCHAINE. LES NOUVELLES DATES SONT DU 24 JUIN AU 2 OCTOBRE 2022

Jean Arp
Un jour, des années, une vie

Le titre de l’exposition figure en exergue du poème Jour que PAB dédie à Jean Arp en 1954 et qu’il publie un an plus tard avec un bois gravé de l’artiste. Cette exposition,  rétrospective qui vise à rendre compte de l’oeuvre de Jean Arp, s’arrête plus particulièrement sur certaines années – les décennies 1930-1960 – et sur certains jours que documentent la correspondance entre Jean Arp et PAB.
Commissaire : Isabelle Ewig, maître de conférence à la Sorbonne

Entrée libre